Le Sucre et les Enfants

blog-articles-800px-x-423px

Mes enfants adorent les céréales sucrées, le pain et la confiture au petit-déjeuner, les glaces et autres yaourts sucrés en dessert, les gâteaux et les biscuits industriels pour les goûters… et bien sûr les incontournables bonbons aux nombreuses fêtes. Comme la plupart des enfants, me direz-vous !

Je fermais un peu les yeux sur l’omniprésence du sucre à la maison. Parce que ça leur fait plaisir et aussi parce que je ne voyais pas de raison objective pour réduire leur consommation de sucre, à condition qu’ils se lavent bien les dents 🙂

petit-dej-4

Mais à quel prix ?

Mes enfants avaient TOUT LE TEMPS faim. Evidemment, ils voulaient toujours manger quelque chose de sucré.

On vivait donc constamment des alternances entre des épisodes de « tempête » (où ils étaient très nerveux, ils se disputaient facilement, ils disaient « non » à tout)… suivis de moments de « calme » très temporaire (quand ils venaient de manger un gâteau).

Difficile de ressentir l’harmonie en famille dans ces conditions !!!

J’ignorais l’impact véritable du sucre

Il y a quelques mois, j’ai découvert Maëlle Féret, nutrithérapeute, blogueuse (voir son site : www.maelleferet.com) et auteure du livre Je mange sain en famille.

maelle-2

J’aime beaucoup la démarche de Maëlle, qui fait preuve d’un esprit ouvert et critique pour s’y retrouver dans la jungle des informations « Santé ».

« Il n’est pas facile de faire le tri dans les informations nutritionnelles à l’heure actuelle car la plupart des discours entendus et véhiculés par les grands médias sont en fait issus… des lobbies industriels ! C’est un travail de fourmi que de trouver des informations issues de recherches INDÉPENDANTES des intérêts économiques… « 

C’est ce qu’elle a fait ces dernières années, pour des raisons personnelles (pour améliorer la santé de son fils) et professionnelles : un gros travail de recherche approfondie et d’analyse des études scientifiques indépendantes dans le domaine de la nutrition (provenant des chercheurs de Harvard – vous pouvez consulter leurs sites web www.thenutritionsource.org et www.health.harvard.edu – ainsi que de l’équipe de LaNutrition.fr).

Dans son livre Je mange sain en famille, Maëlle explique très bien ce mécanisme infernal à l’origine de nombreuses crises et comportements excessifs de nos enfants.

Voici en substance ce qu’elle en dit :

Nous consommons trop de mauvais sucre

La plupart d’entre nous sommes très attachés affectivement au sucre (qui nous rappelle notre enfance et la douceur du lait maternel).

Ce sentiment est renforcé par des CROYANCES héritées de notre culture, telles que :

  • Le sucre est synonyme de « plaisir »
  • Le sucre et les glucides sont absolument nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. C’est quand même la base de notre alimentation !

Pourtant, l’humanité a très bien vécu et a évolué SANS SUCRE pendant des milliers d’années !

Car tous les végétaux (légumes, fruits, légumineuses et céréales) sont tout autant des fournisseurs de glucides.

 

Le problème du sucre provient de notre consommation actuelle EN EXCES de MAUVAIS SUCRE

sucre-2

Pourquoi le sucre pose-t-il problème ?

Parce que notre organisme NE SAIT PAS correctement gérer un apport trop élevé en glucides.

Quand le sucre entre dans le sang, il provoque un pic de glycémie.

L’amplitude du pic de glycémie est mesurée par l’index glycémique (IG).

Dans le cas des aliments raffinés (sucre blanc, farine blanche…), l’IG est élevé et la montée du taux de sucre dans le sang est rapide et brutale. Le corps se met en alerte rouge (Danger = STRESS !).

L’organisme fait appel à l’insuline pour réguler cette situation « anormale ».

Le problème : le corps ne sait pas bien gérer les doses d’insuline produite. Il envoie alors massivement de l’insuline pour faire baisser la glycémie au plus vite. Et le taux de glycémie passe rapidement en dessous de 0 !

 

courbes-de-glycemie

Courbes de glycémie après ingestion de lentilles et de glucose pur (sucre blanc) (Source : site LaNutrition.fr)

 

Les symptômes habituels de l’hypoglycémie sont : un esprit embrumé / négatif, de l’énervement, de la fatigue, des tremblements / malaises, de l’hyperactivité

 

Le résultat est souvent une HYPOGLYCÉMIE.

Les symptômes habituels de l’hypoglycémie sont : un esprit embrumé / négatif, de l’énervement, de la fatigue, des tremblements / malaises, de l’hyperactivité.

L’enfant est en STRESS : le cerveau n’est plus branché sur le cerveau frontal (qui permet de réfléchir et d’agir) mais sur le cerveau archaïque et reptilien. L’enfant en hypoglycémie est donc en mode « Attaque ou Fuite ». Il ne peut plus réfléchir, écouter ou se contrôler…

Quand l’enfant est dans cet état-là, on va lui donner une petite collation SUCRÉE… et on repart dans ce mécanisme infernal qui stresse et épuise son organisme !

 

En ne mangeant que des produits raffinés, nous donnons des glucides à IG élevé à NOTRE ORGANISME qui S’ÉPUISE à réguler en permanence notre glycémie

Où trouve-t-on le  mauvais sucre ?

  • Dans toutes les SUCRERIES : les friandises préférées des enfants, les céréales du matin, les viennoiseries, la confiture et la pâte à tartiner au chocolat, les nombreux gâteaux et biscuits industriels, les boissons de type Coca-Cola® (saviez-vous qu’une canette contient l’équivalent de 9 morceaux de sucre ?), les yaourts aromatisés, les crèmes glacées…
  • Dans tous les PRODUITS RAFFINÉS (c’est-à-dire tout ce qui est BLANC) : pâtes blanches, pain blanc, riz blanc…
  • Mais le sucre est aussi CACHÉ partout dans les PRODUITS INDUSTRIELS car c’est un exhausteur de goût et un conservateur ! On en trouve donc dans les plats préparés, la charcuterie, la soupe en conserve…

Les additifs alimentaires : même constat

Les produits industriels (plats préparés et transformés) contiennent aussi des additifs alimentaires comme le glutamate monosodique (E621) ou des édulcorants comme l’aspartame.

produits-industriels

Selon Laurence Wittner, auteure du livre Savez-vous vraiment ce que vous mangez ?, le glutamate monosodique agirait sur les neurones, empêchant le bon fonctionnement des mécanismes inhibiteurs de l’appétit.

Donc plus on en mange, plus ils donnent faim, et plus on a envie d’en manger.

Ces additifs créent UN VRAI CYCLE DE DÉPENDANCE menant à une hypoglycémie chronique. C’est ce qui explique notre grande difficulté à nous désaccoutumer.

« Drogués » au sucre et à la nourriture industrielle

Le sucre est classé drogue douce. En particulier, il affecte une zone de récompense du cerveau, la même zone que pour la cocaïne, la nicotine, les amphétamines, l’héroïne, la morphine !

Plus on en consomme et plus la dopamine du cerveau en redemande pour obtenir le même bien-être.

Selon Maëlle, le sucre, comme la drogue, procure une sensation de bonheur et de facilité, suivie d’un manque rapide, ce qui crée la dépendance.

Le manque de sucre va déclencher des réactions hypoglycémiques avec de l’anxiété et de l’agressivité. L’ingestion de sucre va nous calmer…

sucre-4Comment sortir du cycle infernal de la dépendance au sucre ?

Le constat de cet article peut être dur à entendre : le sucre blanc, tous les produits raffinés et les produits transformés industriels remplis de sucre caché et d’additifs alimentaires sont bel et bien des POISONS pour notre corps.

Et ils ont un impact fort sur les comportements de nos enfants.

 

Si vous observez des comportements difficiles chez vos enfants de manière chronique, c’est une piste à investiguer en priorité.

Pour sortir du cycle infernal de dépendance au sucre, vous vous en doutez, il va falloir CHANGER quelque peu nos habitudes alimentaires où le sucre est ROI tout au long de la journée (du petit-déjeuner sucré, snacks sucrés aux desserts à tous les repas…) !

Voici les principales recommandations de Maëlle Féret :

  1. Choisir une alimentation moins sucrée mais tout aussi goûteuse… en remplaçant le mauvais sucre par des sucres naturels comme les fruits, le sirop d’agave, sucre de coco et d’autres sucres complets qui ont des IG modérés à bas
  2. Passer à une alimentation non raffinée et non transformée, en bannissant les produits industriels et en retrouvant la saveur des vrais aliments !

Un accompagnement (coaching par un professionnel) dans ce processus de changement sera peut-être utile au début pour mettre en place ces nouvelles habitudes… qui sont peut-être une révolution pour votre famille !

Mais si vous êtes arrivé au bout de cet article, c’est que vous avez déjà fait le premier pas : vous vous êtes informé pour comprendre les impacts du sucre sur votre enfant et ainsi prendre de meilleures décisions ! Bravo 🙂 !!!

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin sur le sujet de l’alimentation saine en famille, je vous recommande vivement la lecture du livre Je mange sain en famille de Maëlle Féret.

J’y ai retrouvé des informations simples et claires sur les aliments sains à privilégier, des idées de recettes et un plan de changement en 21 jours qui m’ont permis d’opérer des changements profonds en famille… et d’en finir avec le mauvais sucre à la maison 🙂 !

Maëlle Féret propose également un accompagnement en ligne, avec le Programme 21 Jours pour Manger Sain (toutes les infos sont ici).

Une petite vidéo en bonus

Pour finir, voici une petite vidéo sur la fabrication des bonbons.

Quand mes enfants l’ont regardée, ils ont été stupéfaits !

Deux enfants sur trois n’avaient plus du tout envie de manger des bonbons 😉

 

Inscription gratuite ! Et nous n'aimons pas le spam.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2
Inscription gratuite ! Et nous n'aimons pas le spam.
Inscription gratuite ! Et nous n'aimons pas le spam.